Un blog païen

Added 25/2/2012

Un blog païen particulièrement intéressant, que je suis depuis pas mal de temps. L'auteur a écrit un livre sur le paganisme et ses contributions sont aussi variées qu'intéressantes:

http://lalitteratureetlepaganisme.hautetfort.com/

Category : Autres | Comments (0) | Write a comment |

Les Muses selon Walter F. Otto

Added 28/1/2012

Un petit résumé de certaines pages des "Essais sur le mythe". Je posterais la suite à l'occasion. Je sais qu'il existe un ouvrage entier de Walter F. Otto sur ce sujet, mais il n'est malheureusement pas traduit en français pour le moment.

-Selon les Grecs de l’Antiquité, dans le chant et la poésie, c’est une divinité, la Muse, qui chante, le poète se contentant de répéter après elle ; cette conception apparait clairement dans les premiers vers de l’Iliade et de l’Odyssée.

-Les modernes ont tendance à n’y voir qu’une formule conventionnelle, mais ce n’est pas le cas. Pour le Grec de l’époque archaïque, c’est une réalité, comme le prouvent les textes. L’aède n’est que le serviteur des Muses.

-Ce n’est pas l’homme, mais les Muses, qui trouvent les mots pour dire l’être et le divin. Les Muses sont l’être qui s’exprime lui-même.

-Cette expression a lieu grâce à un art qui porte le nom divin des Muses, leur est propre, et qu’elles sont elles-mêmes : la musique au sens antique, lato sensu, c'est-à-dire pas seulement l’art des sons.

-Pour le Grec, tout le royaume du spirituel relève de la Muse.

-Leur apparition signifie la naissance de la parole dans laquelle le mythe, c'est-à-dire la vérité de l’être se manifeste : les Muses révèlent les résonnances de la parole originelle.

-C’est grâce à la Muse qu’il y a une musique qui porte l’être à la parole.

-Dans l’Olympe, les Muses chantent la félicité des dieux et la détresse des hommes. Cette détresse elle-même révèle la splendeur du divin.

 

Category : hellenisme | Comments (0) | Write a comment |

Un extrait de Théophania de Walter F. Otto

Added 14/11/2011

promenade à dos d'ane bouguereau

 

"Nous admirons les grandes oeuvres des Grecs, leur architecture, leur sculpture, leur poésie, leur philosophie et leur science. Nous avons conscience qu'ils sont les fondateurs de l'esprit européen, qui depuis tant de générations s'est toujours à nouveau tourné vers eux, en des renaissances plus ou moins marquantes. Nous reconnaissons qu'ils ont, presque en tout, à leur manière, créé l'incomparable, que ce qu'ils ont créé vaut de façon exemplaire pour toutes les époques (...)

Nous lisons Homère comme s'il avait écrit pour nous, nous restons saisis devant les effigies des dieux grecs et les édifices des temples, nous suivons bouleversés le violent advenir de la tragédie grecque.

Mais les dieux eux-mêmes, de l'être desquels témoigne statues et sanctuaires, les dieux dont l'esprit déploie son règne dans toute la poésie d'Homère, les dieux que célébrent les chants de Pindare, et qui dans les tragédies d'Eschyle et de Sophocle donnent à l'existence humaine sa mesure et son but, devraient-ils vraiment ne plus nous concerner ?

Ne devons-nous pas dire que les oeuvres impérissables ne seraient jamais, sans les dieux, devenues ce qu'elles sont, et justement ces dieux grecs qui semblent ne plus nous concerner ?" (traduction de J. Lauxerrois et C. Roëls)

Category : hellenisme | Comments (1) | Write a comment |

Bibliographie païenne (antiquité, partie grecque)

Added 20/10/2011

 

 

liseuse

 

Une petite bibliographie non-exhaustive des oeuvres antiques que je juge essentielles pour aborder le polythéisme (si vous avez des suggestions supplémentaires, n'hésitez pas à m'en faire part):

 

La base:

HOMERE, Iliade

HOMERE, Odyssée

Hymnes homériques

HESIODE, Théogonie

 

ESCHYLE, Oeuvres complètes

SOPHOCLE, Oeuvres complètes

EURIPIDE, Oeuvres complètes

PINDARE, Epinicies

PLATON, Oeuvres complètes

 

Les vers d'or de Pythagore

Hymnes orphiques

CALLIMAQUE, Hymnes

Les oracles de Delphes (cf. l'ouvrage éponyme de J.-P. Savignac)

PLUTARQUE, Oeuvres complètes

 

Antiquité tardive:

PLOTIN, Ennéades

PORPHYRE, Oeuvres complètes

JAMBLIQUE, Les mystères d'Egypte

JULIEN, Oeuvres complètes

SALOUSTIOS, Des dieux et du monde

PROCLUS, Hymnes

PROCLUS, Théologie platonicienne

 

 


Category : Bibliographie païenne | Comments (4) | Write a comment |

Athéna (selon Walter Otto) seconde partie

Added 27/7/2011

athena parthenos

 

La suite de mon résumé des pages des "Dieux de la Grèce" consacré à Athéna; La sculpture ci-dessus est la magnifique Athena Parthenos/Minerva de Charles Simart, inspirée de l'Athena Parthenos de Phidias

-Athéna n’a pas de mère, mais seulement un père→elle est à l’image de celui-ci, Zeus, maître de la mètis

-Naissance d’Athéna, et avalage de Mètis :Homère tait ces mythes, quoiqu’il semble les connaître→ ils sont« choquants ». Ce caractère « grotesque » et choquant atteste de leur ancienneté

-Pour Platon, Athéna est nous kai dianoia (esprit et pensée)→ interprétation postérieure : Athéna est d’abord mètis. La mètis est compréhension,activité pratique de l’esprit, bon conseil

-Si une action grande et héroïque doit être menée(pas seulement lors des guerres), Athéna est présente

-Elle est la toujours proche : sa parole et sonregard touchent le héros au bon moment

-Apollon, dieu du lointain >< Athéna, déesse dela proximité

-Hermès aussi est dieu de la proximité, mais différemment :Il est présent comme bonheur miraculeux du gain soudain(commentaire personnel : on pense à l’hermaion, trouvaille soudaine due à Hermès). Athéna quant à elle est présente comme illumination et inspiration pour l’achèvement victorieux

-Hermès est secret, Athéna est claire (tout ce quiest rêve lui est étranger)

-Athéna rejette l’amour charnel et le mariage, comme Artémis ; mais chez Artémis, c’est une pudeur« adolescente » ; chez Athéna, c’est par esprit pratique :il est dans sa nature d’être auprès des hommes d’action, et non auprès d’un mari

-Son amitié pour certains mortels n’a rien d’érotique ; elle appartient toute entière à son père (comme elle le dit textuellement dans les Euménides d’Eschyle, vers 736)

-Elle est masculine, martiale : « Entoutes choses, mon cœur appartient au masculin, mais non pour le mariage »(Euménides d’Eschyle, vers 736)

-Cependant c’est une déesse ; interrogations de Nilsson et Wilamowitz

-Athéna est présence vivante, activité claire et victorieuse qui a la maitrise de l’instant, elle est action méditée→ ces qualités sont féminines, ce qui explique qu’elle soit une déesse

-Domaine d’Athéna : + largement que la guerre,c’est l’action clairvoyante

-Athéna dépasse la lourdeur et la barbarie par la beauté, mais sans mollesse

Category : hellenisme | Comments (1) | Write a comment |

| Contact author |